EN 1 CLIC

                             

Contexte législatif au niveau national :

Le décret n°2017 – 1108 du 27 juin 2017 précise que le choix du rythme scolaire (4,5 jours ou 4 jours) est acté par le Directeur Académique des Services de l'Éducation Nationale – DASEN, si et seulement si, il y a une proposition conjointe de la majorité des conseils d’école et de l’EPCI.

Contexte sur la communauté de communes Mellois en Poitou :

Le 9 octobre 2017, la commission scolaire a ainsi proposé au conseil communautaire de se prononcer sur le principe de la semaine de 4,5 jours pour l'année scolaire 2018-2019 avec adaptation si besoin des Temps d’Activités Périscolaires - TAP.

Lors de cette séance, le conseil communautaire a souhaité reporter sa décision à la séance du 11 décembre 2017 afin de recueillir les avis des conseils d’écoles. Dans le cadre du conseil du 9 octobre, il a également été proposé de questionner les parents d’élèves, les enseignants, et les associations du territoire qui interviennent sur les TAP pour connaître leur positionnement sur le maintien ou non d’une semaine à 4.5 jours.

Méthodologie mise en place :

1) - Les conseils d’écoles ont délibéré. Au 20 novembre 2017, sur les 19 conseils d’école des secteurs cœur du Poitou et Mellois :
- 11 se sont prononcés pour un maintien à 4,5 jours,
- 6 se sont prononcés pour un retour à 4 jours,
- 1 s’est prononcé à 50% pour chaque proposition,
- 1 ne s’est pas prononcé officiellement.

Sur la communauté de communes Mellois en Poitou, les conseils d'écoles se sont majoritairement positionnés en faveur du maintien des 4,5 jours.

Dans la démarche, parallèlement aux conseils d’école, des questionnaires ont été adressés aux parents d’élèves, enseignants et associations locales intervenant dans le cadre des TAP.

2) - Deux questionnaires ont été adressés aux parents d’élèves sur les secteurs du coeur du Poitou et du Mellois où la compétence scolaire s’exerce et dans le secteur Val de Boutonne (les élus souhaitant bénéficier de la même consultation).

Le taux de retour du 1er questionnaire est de 61%.

De nombreux commentaires ont mis en avant le problème de garde des enfants que ce changement peut occasionner et l’impact du changement dans l’organisation des familles.

Dans de nombreux sites scolaires, les TAP dans leur formule actuelle ne semblent pas adaptés aux plus jeunes (PS et MS) et sont à repenser pour l’avenir.

ll persiste un manque d’informations sur ce qui se passe pendant les TAP.

Les parents souhaitant le maintien d’une semaine de 4,5 jours, partagent les éléments ci-après :
- pas de coupure dans le rythme de l’enfant (ni dans la semaine ni pour la suite des études avec le collège),
- pas de problème de garde pour les personnes qui sont en activité ni de coût supplémentaire à prendre en charge pour le mode de garde,
- pas d’enfants qui restent seuls à la maison (ce qui se déroulera pour certains dans le cas d’une semaine à 4 jours),
- dans le cas d’une semaine à 4 jours, les enfants seront réveillés tôt le matin pour aller à l’accueil de loisirs donc pas de repos supplémentaire,
- les TAP permettent de découvrir des activités et une autre forme de vie en collectivité ce qui ne sera pas forcément le cas s’il n’y en a plus,
- le temps d’apprentissage est mieux réparti sur la semaine,
- la chronobiologie de l’enfant est mieux respectée.

Les commentaires principaux formulés qui vont dans le sens de la semaine à 4 jours sont les suivants :
- les enfants peuvent davantage profiter du sommeil le mercredi matin,
- les activités ne sont pas intéressantes et s’assimilent à la garderie,
- les enfants sont fatigués.
 
Sur les retours enregistrés, 93% des enfants participent aux TAP souvent plus par obligation (pas de possibilité de venir récupérer l'enfant) que par choix des familles. Mais 86% indiquent que leurs enfants sont contents d’y participer. 84 % des parents sont satisfaits que leurs enfants puissent bénéficier des TAP et ils sont 75% à être satisfait de leur qualité.

Le second questionnaire portait sur la volonté des parents de rester sur un rythme à 4.5 jours avec TAP ou de passer sur un rythme à 4 jours. Au 20 novembre, le taux de retour de 48 % a mis en évidence une volonté majoritaire de rester sur une semaine de 4.5 jours : 58% des parents d’enfants en école maternelle et 57 % des parents d’enfants en école élémentaire souhaitent le maintien des 4,5 jours.

3) - Un questionnaire a également été transmis aux enseignants sur les mêmes secteurs. Les retours vont permettre d’améliorer les TAP sur des points précis.

4) - Enfin, un courrier à destination des associations intervenant dans le cadre des Temps d’Activités Périscolaires a été envoyé pour connaître :
- les impacts qualitatifs et quantitatifs pour les associations d’une éventuelle suppression des Temps d’Activités Périscolaires,
- les points d’optimisation escomptés si toutefois la semaine de 4,5 jours était maintenue pour l’année scolaire à venir.

Il ressort du retour des acteurs de la vie associative (25% de retour au 20 novembre) de nombreux commentaires pour la poursuite d’une semaine de 4,5 jours : 26/34
- des emplois ont été créés grâce à la mise en place des TAP,
- les gains financiers permettent la pérennité des associations et intervenants,
- les TAP permettent la découverte des activités des associations du territoire auprès des enfants et des parents,
- il y a des répercussions positives sur les temps extrascolaires (plus d’inscriptions),
- les intervenants peuvent proposer des projets en lien avec ceux des écoles (ils apprécient le lien avec les enseignants),
- ils peuvent suivre les enfants sur les différents temps (scolaire, périscolaire, extrascolaire),
- les enfants développent leur créativité, leur confiance en soi et peuvent s’apaiser pendant ces temps,
- les TAP permettent un accès des enfants aux activités culturelles, sportives. Sans cette offre, la plupart d’entre eux, n’y aurait pas accès.
- ils peuvent être sensibilisés sur des sujets communs et du vivre ensemble (protection de l’environnement, citoyenneté, …).

Une seule association est favorable au retour à 4 jours afin de disposer du créneau du mercredi matin pour donner des cours aux enfants.

Dès lors, au vu des avis des conseils d’écoles et des différents retours des publics interrogés, il ressort la volonté majoritaire de rester sur un rythme de 4,5 jours.

Améliorations à prévoir dès 2018 – 2019 :

Cependant, des améliorations sont souhaitées dès 2018 – 2019 et feront l’objet d’ajustements assurés par le service des affaires scolaires du pôle éducation de la communauté de communes :
- l’adaptation à prévoir pour les enfants de maternelles (PS/MS) en lien avec les enseignants,
- la reconfiguration de certains créneaux horaires qui ne donnent pas satisfaction notamment sur le secteur cœur du Poitou qui s’est exprimé dans ce sens,
- la communication à fournir aux parents sur ce qui est mis en place dans les différents sites.

Décision lors du conseil communautaire du 11 décembre 2017 :

Le bureau a pris acte de l’ensemble des avis recueillis et a proposé, dans la continuité de la commission, de maintenir la semaine à 4,5 jours pour l'année scolaire 2018 - 2019. Les conseillers communautaires ont débattu et ont acté la volonté de maintenir la semaine de 4,5 jours demandée par les conseils d’écoles et les familles.

Contacts :

Élu : Marie-Emmanuelle Saintier, 8e vice-présidente en charge des affaires scolaires
Technique : Stéphanie Gosselin, coordonnateur enfance, jeunesse, éducation
Tél. : 05 49 27 56 85 ou 07 52 67 57 51 / courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.